Ars in cute, la culture à fleur de peau

Cécile Harleaux fait une entrée plus que remarquée dans le milieu de la culture et des belles choses. Si on lit sa page Facebook, on peut lire qu’Ars in cute, “a pour objet de contribuer à l’éducation populaire, notamment par le développement, la création et l’édition de produits et de services innovants permettant la transmission de connaissances.”
Il faudrait ajouter à cette description l’adjectif que “belle”. Car Ars in cute, c’est aussi de très beaux objets qui vous font penser et écrire que l’espoir existe encore.

Qu’est-ce qu’Ars in cute ?
Cécile Harleaux : Ars in cute, en latin l’art dans la peau, au sens physique et épidermique du terme, a pour objet de transmettre et sensibiliser via des supports inédits et dans l’air du temps, une forme de connaissance artistique, scientifique, historique et culturelle. Chaque produit est associé à sa signification culturelle et historique, par le biais d’un livret ou d’un QR code renvoyant vers nos créations textuelles racontant la vie, le mythe, le symbole représenté.

Quand l’aventure a-t-elle débuté ? Et pourquoi avoir commencé cette aventure ?
Parfois la tendresse de la vie s’absente pour mieux nous confronter à nous-mêmes.

Après un burn-out survenu en 2019 suite à un deuil éprouvant, la vie n’avait plus la même saveur et j’étais en quête de sens. Il fallait que je sois utile et reconnectée à mes vraies valeurs : partage, transmission et esthétique.

Puis, Olivia, mon associée et amie de longue date a rejoint l’aventure, après avoir traversé une épreuve difficile (un cancer du sein) actant là encore ses choix de vies vers le sens et ses réelles aspirations créatives.


Comment as-tu rencontré Soizic ? Et Lisa ?
J’ai rencontré Soizic et Lisa par l’intermédiaire d’une amie. Ce sont deux belles personnalités aux talents variés.

(c) Soizic Bihel / Ars in cute


Comment est née l’idée de les faire collaborer ?
Je connais la puissance de l’écriture de Lisa et je pensais depuis longtemps lui demander d’écrire des textes. Quant à Soizic, elle aime produire et cultive un univers pop qui nous intéressait dans l’idée de parler de femmes emblématiques de l’Histoire. A ce jour, c’est une de nos illustratrices les plus prolifiques, elle possède une grande part de créativité. Cette rencontre est pour nous un tournant dans le projet ars in cute.

 
Il y a des tatouages éphémères, des broches culturelles… Quels vont être les nouveaux objets ?

 Nous développons actuellement un très beau partenariat avec la savonnerie des Hauts-de-France, l’équipe recèle de belles valeurs en adéquation avec les nôtres.

Je pense également produire d’autres produits en lien avec les déficients visuels car cette thématique me touche particulièrement.

J’ai vu les mots “éducation populaire”.
C’est important pour vous ? Pourquoi ?

 Oui, il s’agit de l’objet même de notre petite maison d’édition. Nous souhaitons que la

Culture s’échappe et s’invite sur les peaux, les vêtements, les sacs et bien plus encore pour se transmettre plus facilement ! Il est difficile pour certaines personnes de rentrer dans des musées ou des théâtres, nous essayons donc de procéder à l’inverse. L’art sort des musées, les vers de poésie des livres pour mieux s’inviter dans notre quotidien.

Retrouvez Ars In Cute sur sa page Facebook et son site officiel.

Random image