Et vous, où en êtes-vous avec votre tigre ?

Gabriele Pino est l’auteur et l’illustrateur de Pour aimer son tigre (Éd. A2MIMO). Dans cet album jeunesse, qui emprunte son titre à un proverbe indien, il est question de nature, mais surtout du rapport absurde qu’entretient l’homme avec elle.  Sans manquer d’humour, Gabriele Pino entraine les lectrices et les lecteurs dans un univers aussi étrange que poétique… Et en plus les illustrations sont magnifiques ! Il y en a quelques unes qui jonchent cet article, vous jugerez par vous-même. La Bête a profité de son passage à Amiens (il dédicacera cet album à la librairie Pages d’Encre ce vendredi 3 juin 2022, à partir de 18h30) pour le rencontrer et le présenter à celles et ceux qui ne le connaitraient pas encore.

Commençons donc par de statutaires présentations… Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Que fais-tu dans la vie ?

Bonjour ! Je m’appelle Gabriele Pino (“Pino” comme l’arbre, le pin) et j’habite en Italie, dans un petit village dans la campagne du nord-ouest qui s’appelle Cigliano, près de Turin. Mais je voyage beaucoup. Je travaille comme illustrateur et pendant mon temps libre, je pars à la recherche des créatures fabuleuses qui vivent dans les provinces italiennes.

Pour aimer son tigre, le titre de l’album que tu viens nous présenter est un proverbe indien… Que signifie-t-il ?

Le proverbe nous parle de la relation entre l’homme et la nature et de la façon avec laquelle l’homme “joue” avec elle.

Illustration extraite de Pour aimer son tigre. Gabriele Pino.

Comment est venue l’idée de partir de ce proverbe pour créer une histoire ? Qu’est-ce que ça raconte ?

J’ai connu ce proverbe grâce à Davide Calì, qui est auteur et illustrateur aussi et qui est bien connu ici en France. Il à été mon professeur à l’école d’illustration et il avait fait une adaptation du proverbe. On a donc décidé de le transformer en livre. Je suis complètment tombé amoureux du proverbe et de la manière dont il décrit les différentes approches que l’Homme a face à la nature : parfois, il est curieux et bienveillant, d’autres fois, il est beaucoup plus dangereux et menaçant…

La lecture est conseillée à partir de 6 ans, mais c’est aussi pour les plus grands, non … ?

Oui, je pense que Pour aimer son tigre est un livre pour tous les êtres humains !

Comment s’est faite la rencontre avec Les éditions A2MIMO ? Comment en es-tu arrivé à te faire éditer en France ?

J’ai connu A2MIMO grâce a Davide Calì qui à proposé mon projet à l’éditrice. Et je suis très heureux d’être édité en France… Comme ça, je peux y retourner de temps en temps !

… Et comment te retrouves-tu à venir le dédicacer à Amiens ? C’est une histoire sympa ! Je connais Amiens depuis 2017, j’y étais venu pour visiter une amie italienne qui travaillait ici. Et j’y ai rencontré beaucoup de gens. Certains d’entre eux sont devenus des amis et j’y suis revenu de temps en temps. J’aime beaucoup “ce coin du monde”. Mais l’année passée, Elena Merolla (qui est professeure d’italien au collège Arthur Rimbaud) m’a contacté, car elle voulait travailler avec les élèves sur mon livre qui traite des créatures fabuleuses d’Italie (elle l’avait vu dans la chambre d’une amie à Paris). Elle m’a demandé de lui envoyer des exemplaires. Je lui ai demandé où les envoyer, et elle m’a dit Amiens ! Connaissant bien la ville, j’ai tout de suite pensé qu’on devait organiser quelque chose ; c’est le destin qui nous parlait ! Elle a donc mis en place des ateliers avec ses élèves et moi l’hiver dernier. Si je reviens aujourd’hui, c’est pour la dédicace de Pour aimer son tigre, mais aussi pour le vernissage de l’exposition réalisée par ces élèves dans le cadre de cet atelier. Donc on peut dire qu’Elena est officiellement mon agente littéraire en France !

Illustration extraite de Pour aimer son tigre. Gabriele Pino.

Maintenant que tu commences à bien connaitre Amiens, quel est ton endroit préféré ?

À chaque fois que je viens, la ville me montre un coin nouveau. Je suis amoureux d’Amiens ! Mon endroit préféré, c’est sûrement les Hortillonnages, mais j’aime aussi beaucoup me balader à Saint-Leu pendant une journée de pluie légère. Et pour la soirée, j’aime le Couleur Café, bar dans lequel j’ai connu mes amis amiénois, la première fois que je suis venu. C’est mon lieu de cœur !

Quels sont tes projets pour la suite ?

En ce moment, je suis en train de terminer de lire Le Loup des Steppes d’Hermann Hesse. Je dois le résumer en deux pages de bande dessinée pour un quotidien national italien qui s’appelle La Stampa. Mais je suis aussi en train de terminer le deuxième livre sur les créatures fabuleuses d’Italie (dédié aux créatures de Sardaigne). Cela fait partie du mon projet Il Bestiario d’Italia, il s’agit de “livres-voyage”, qui emmènent le lecteur à la recherche des créatures fabuleuses des provinces italiennes. Je les imagine vivre là-bas ; j’espère donc donner l’envie aux gens d’y aller, de visiter les endroits évoqués, et d’écouter les histoires orales qu’on leur racontera. Je prépare aussi d’autres projets de livres jeunesse. Puis je continue ma collaboration avec le Théâtre alla Scala de Milan… Et dans le temps libre je laisse la vie me surprendre.

Quelque chose à ajouter ?

Un gros merci ! Et oui…  Si vous pouvez…  Allez courir pieds nus sur l’herbe, pour rencontrer “le Tigre”!

Pour quelques détails supplémentaires sur l’album, c’est ici

... Et pour suivre le travail et les projets de Gabriele, c’est

Gabriele Pino sera en dédicaces ce vendredi 3 juin à partir de 18h30 à la librairie Pages d’Encre (1 Rue des Chaudronniers, Amiens).

Pour aimer son tigre / Gabriele Pino (Éditions A2MIMO)
Random image